You are currently viewing La voyance en France : est-ce légale ?

La voyance en France : est-ce légale ?

La voyance consiste à percevoir des informations pour expliquer le passé, le présent, ou prédire l’avenir. Elle peut également s’exercer de manière « pure » ou à l’aide de divers supports, en l’occurrence la boule de cristal, le Tarot ou les nombres. En effet, le voyant pourra prendre le titre de tarologue, numérologue, chiromancien, radiesthésiste, tasséomancien ou astrologue.

Le marché et la réglementation de la voyance en France

En France, la voyance est une activité qui gagne en popularité et potentiellement lucrative. En général, 20 % des femmes ont déjà recouru à un voyant contre 10 % chez les hommes. Ce qui signifie qu’il existe plusieurs millions de consultations par an. En effet, il est difficile de dénombrer l’effectif de voyants en activité, car la majorité d’entre eux exercent de manière non déclarée.

Le marché de la voyance est donc dynamique, mais marqué par plusieurs arnaques. Il compte parfois plus d’escrocs que de personnes honnêtes. Cependant, les réseaux de voyance en ligne ne cessent de s’accroître sans aucun contrôle.

La voyance pose par ailleurs un problème d’éthique. En d’autres termes, certains clients qui sont faibles psychologiquement, ayant des problèmes familiaux ou affectifs, sont prêts à se ruiner en consultation de voyance pour trouver du réconfort.

La voyance et la liberté d’exercice

En France, vous pouvez exercer librement la voyance. Cela, depuis l’abrogation de l’article R34-7 de l’ancien Code pénal. Toutefois, il n’existe pas de diplôme pour s’installer comme voyant. Ces derniers sont dans ce cas tenus à ne pas exercer la médecine de façon illégale. En effet, ils informeront ses clients du caractère non médical de leurs pratiques. Ils n’utiliseront d’ailleurs pas leurs dons pour soigner ou guérir.

La voyance requiert des qualités particulières, comme expérience, écoute, capacité à mettre en confiance ainsi que des notions en psychologie. Toutefois, pour se faire une clientèle, il existe plusieurs solutions :

Le meilleur moyen pour attirer les clients est le bouche-à-oreille. Il est plus efficace et moins coûteux. Dans ce fait, vous devez proposer des prestations de qualité. Vous pouvez également vous présenter à travers un site ou un blog bien référencé.

Développer sa présence sur les réseaux sociaux ou s’inscrire des annuaires papier ou en ligne est aussi de meilleures méthodes pour se faire des clients. Vous avez aussi la possibilité de communiquer de petites annonces dans les journaux ou les magazines spécialisés. Pourquoi ne pas ouvrir un cabinet en ville ?

Les statuts juridiques de la voyance en France

Même si ce métier est désormais très répandu, il est déconseillé d’exercer en tant que voyant non déclaré. Dans ce type d’activité, le risque de dénonciation demeure élevé. En effet, il existe différents statuts pour pratiquer la voyance.

  • La micro-entreprise : ce statut est le plus simplifié et bien adapté si vous souhaitez exercer en tant que voyant. Il vous permet de payer les cotisations sociales sur la base des recettes déclarées. Vous n’êtes dans ce cas pas contraint aux démarches administratives, ni celles juridiques.
  • L’entreprise individuelle en nom propre : ce type de statut est destiné à une activité qui se développe, mais pouvant réserver quelques surprises en termes de paiement des cotisations sociales. En conséquence, ces dernières sont calculées sur les bénéfices. Elles pourront aussi avoir une forte variation d’une année à l’autre.
  • L’EURL : si vous avez une activité importante, ce statut est fait pour vous. Ici, c’est vous-même qui déterminerez le montant de votre rémunération. Ainsi, cette dernière servira de base au calcul des cotisations sociales.

La SASU : si votre activité prend de l’ampleur, ce régime juridique est recommandable. Il est également une bonne alternative si vous voulez éviter la sécurité sociale des indépendants.

Laisser un commentaire